×

Toute l'équipe de Sens public vous souhaite la bienvenue sur le nouveau site de la revue.
Prenez le temps de découvrir les changements que nous avons opérés dans cette nouvelle version.
À propos de cette version

Dossiers2008/04/07

Les évolutions contemporaines du régime représentatif

Informations
  • Résumé
  • Mots-clés (4)
      • Mot-clésFR editor 47 articles 4 dossiers,  
        Mot-clésFR editor 177 articles 4 dossiers,  
        Mot-clésFR editor 74 articles 2 dossiers,  
        Mot-clésFR editor 61 articles 3 dossiers,  
      Texte

      Présentation

      Quelles sont les évolutions structurelles du régime représentatif ? Passant par une redéfinition du rapport des citoyens à la politique, le cadre représentatif tend à être de moins en moins lisible dans une société civile qui se complexifie. La relation entre les citoyens et le pouvoir politique se réalise d’une part à travers la définition de nouvelles procédures de participation et d’autre part par l’usage des médias et des nouvelles technologies comme moyens de faire pression sur les décisions. Les élus et les responsables politiques ont un nouveau rôle à jouer au sein de cet espace public et n’hésitent pas à recourir à une forme de légitimité médiatique. Traitant de ces évolutions, les articles de ce dossier en analysent principalement deux aspects : la recherche de nouveaux modes de légitimation politique et la transformation de la communication politique. Si la représentation politique tente d’atténuer la distinction entre gouvernants et gouvernés, celle-ci est pourtant à la source de la formulation du principe représentatif. Sommes-nous donc dans un nouvel âge de la représentation politique ou bien sommes-nous sortis du système représentatif ?

      À la recherche de nouveaux modes de légitimation

      L’opinion publique est devenue un véritable tribunal de la vie politique au sens où elle intervient de manière informelle dans les débats politiques 1 . L’émergence de citoyens de plus en plus informés et de plus en plus revendicatifs bouleverse la nature même de l’espace public. Le système représentatif contemporain n’est plus caractérisé par la stabilité des identifications partisanes mais par l’expression de mobilisations collectives qui inscrivent sur l’agenda des responsables politiques des priorités à suivre dans la conduite des politiques publiques. Le tableau ci-dessous reprend les éléments théoriques apportés par Bernard Manin sur l’évolution du régime représentatif.

      Les trois stades de la démocratie représentative

      Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, éditions Calmann-Lévy, 1995, p. 303.

      Selon Bernard Manin, le régime représentatif contemporain évolue vers un âge de la démocratie publique dans lequel le public, de manière informelle, n’hésite pas à intervenir et à contester certaines décisions politiques. Dans un tel système, les outils médiatiques jouent un rôle essentiel en ce qu’ils permettent à ces publics de créer des espaces de communication (par exemple les blogs). Les appartenances partisanes sont par ailleurs bouleversées, ce qui ne signifie pas pour autant leur disparition. Même si la discipline partisane tend à se desserrer, les partis politiques sont contraints de s’adapter à ces évolutions. Le débat porte alors sur la définition de procédures susceptibles de garantir une participation équitable des citoyens et collectifs engagés dans la discussion. L’influence considérable des médias, journaux et télévision, dans l’évolution de la scène publique pose question : le régime représentatif ne tend-il pas à devenir une forme de « télécratie » 2 dans laquelle les images, les impressions et l’émotion viennent se substituer à l’idéal d’une discussion de raison ?

      La transformation de la communication politique

      De la montée en puissance des médias et des nouvelles technologies résulte une transformation de la communication politique caractérisée par la volonté des élus de cultiver une illusion de proximité avec leurs électeurs. Les nouvelles technologies accentuent l’ubiquité des responsables politiques soucieux de renforcer leur présence sur la scène publique. Tout se passe comme si on insistait sur la représentation-ressemblance plutôt que sur la représentation-indépendance. Hannah Pitkin a rappelé comment, à la fin du 18e siècle, les débats entre Fédéralistes et Anti-Fédéralistes américains avaient conçu deux significations radicalement différentes de la représentation politique, avec d’un côté un mandat indépendant pour des représentants sélectionnés pour leur indépendance d’esprit et de l’autre une représentation d’intérêts où les représentants se créent un rôle à l’image de leurs électeurs et de leur composition sociologique 3 . La communication tend à la fois à accentuer cette logique de représentation et à altérer la structure de la scène publique. Castoriadis, dans Les Carrefours du Labyrinthe VI 4 , a défini la différence entre trois types de sphères humaines en analysant le régime athénien : la sphère du privé/privé (l’oïkos, c’est-à-dire la sphère domestique), la sphère du privé/public (l’agora, c’est-à-dire le lieu où nous rencontrons les autres), et la sphère du public/public (l’ecclésia, où les décisions se prennent). La transformation de la communication politique montre que la sphère publique/publique est de moins en moins visible pour les citoyens et qu’une forme de privatisation de l’espace public est en cours. Cette privatisation est illustrée par le recours au mode de l’intimité 5 pris comme nouvelle forme de connivence avec les citoyens.

      Il ne s’agit pas ici de s’inscrire dans une logique normative qui condamnerait ou louerait les évolutions contemporaines du régime représentatif. L’enjeu est de les qualifier et de voir en quoi elles accompagnent une nouvelle culture politique 6 caractérisée par l’institution de nouveaux rôles, tant du côté des citoyens que du côté des responsables politiques et des experts. Comme l’écrivent Peter Berger et Thomas Luckmann, « en jouant des rôles, l’individu participe à un monde social. En intériorisant ces rôles, le même monde devient, pour lui, subjectivement réel » 7 . S’appuyant en particulier sur la campagne présidentielle française de 2007, les articles de ce dossier analysent comment les citoyens et les responsables politiquent sont entrés dans un nouveau type de relation qui modifie considérablement la configuration de l’espace public.


      1.  Keith Michael Baker, Au tribunal de l’opinion : essais sur l’imaginaire politique au 18e siècle, Traduit de l’anglais par Louis Evrard, Paris, Payot, 1993.

      2.  Marc Crépon, Bernard Stiegler, De la démocratie participative, Fondements et limites, Paris, Mille et une nuits, 2007.

      3.  Hannah Pitkin, The Concept of Representation, Berkeley, University of California Press, 1972.

      4.  Cornélius Castoriadis, Les Carrefours du Labyrinthe VI, Paris, Seuil, 1999, p. 152.

      5.  Ce mélange de genres entre intimité et espace public a un nom nouveau, « l’extimité ». Pierre Sadran, « De "l’extimité" en politique : Alain Juppé et son blog-notes », Le Monde, 15 janvier 2005.

      6.  Terry Nichols Clark, Vincent Hoffmann-Martinot (dir.), La nouvelle culture politique, Paris, éditions L’harmattan, 2003.

      7.  Peter Berger, Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité, traduit de l’américain par Pierre Taminiaux, Paris, éditions Armand Colin, 2003, p. 104.

      Articles (14)
      Cet article présente une analyse juridique et donne un état des lieux de l'organisation du contrôle de l'élection présidentielle en France après la révision des textes normatifs afférant en 2006.
      À la veille de la campagne des présidentielles de 2007, il convient d'analyser l'ensemble des promesses faites par les candidats pour réorganiser les institutions de la Ve République. La difficulté de cet exercice tient en partie au fait que certains candidats sont déclarés alors que d'autres attendent encore le moment …
      Le profil définitif de la campagne a été établi depuis la remise des listes de parrainages des élus locaux au Conseil Constitutionnel. Douze candidats ont été qualifiés pour confronter leurs débats et nous proposons d’analyser leurs discours et leurs interventions multiples à l’épreuve des réformes institutionnelles à mener. En effet, …
      Selon les enquêtes d'opinion étudiées dans la durée, la Ve République n'est pas illégitime et les institutions au coeur du pouvoir constitué fonctionnent. Pourtant la politique est en crise. Comment faire pour modifier légèrement le régime politique avant que de proposer surtout une réforme des comportements et attitudes des organisations …
      L'article analyse l'effet de communication initié par Ségolène Royal lançant précocement sa pré-candidature à la candidature socialiste à l'élection présidentielle française de 2007. Elle répond ainsi à la stratégie initiée par Nicolas Sarkozy. La situation n'est pas simple au PS puisque les candidats éventuels sont nombreux à se déclarer jusqu'à …
      1962 : l’instauration de l’élection du chef de l’état au suffrage universel direct initie la bipolarisation du jeu politique et renforce le présidentialisme. 2002 : l’élection présidentielle conjuguant haut taux d’abstention et émiettement partisan traduit la déshérence citoyenne. Après la réélection de Jacques Chirac, la légitimité du présidentialisme est incertaine …
      Une analyse sociologique complète de la démocratie locale française était attendue et le livre de Michel Koebel constitue à cet égard un pari réussi. Des travaux existaient déjà sur la question notamment depuis le premier acte de décentralisation. Pierre Sadran avait pour sa part mis l’accent sur l’ambiguïté majeure de …
      Il s’agit d’analyser la façon dont le référendum est en train de devenir une contrainte pour les gouvernements locaux et sub-nationaux européens. Le référendum est un outil de démocratie semi-directe défini à l’époque moderne pour suppléer aux défauts du gouvernement représentatif. Nous analyserons en quoi le référendum introduit une perturbation …
      Roland Cayrol applique la règle de base de la démocratie, à savoir que les gouvernants sont comptables de résultats vis-à-vis des gouvernés. Ainsi, les élites politiques, prévient l’auteur, sont bloquées, pas les Français.
      Michel Rocard, ancien Premier ministre, aujourd'hui député européen, livre ses réflexions sur la préparation de la présidentielle 2007 et sur les enjeux prioritaires pour l'avenir. Vif, en belle forme, tel m'est apparu Michel Rocard lors de cet entretien. Parfois pessimiste, lucide, le député européen ne pratique pas la langue de …
      De la campagne électorale pour les présidentielles de 2007 à l’hyper-présidence médiatique de Nicolas Sarkozy… on observe aujourd’hui des évolutions significatives dans les pratiques des médias et des acteurs politiques pour adresser des messages à l’opinion publique. Analyses et pistes de réflexion sur des phénomènes qui sont au cœur de …
      Les primaires socialistes viennent de s’achever avec la victoire de Ségolène Royal qui devient la candidate officielle des socialistes pour les élections présidentielles de 2007. Lors des débats internes, une divergence s’est accentuée autour de la notion de démocratie participative, qui ne sonnait pas de la même manière chez les …
      À un an de l’élection présidentielle, que retenir des enquêtes d'opinions réalisées par les instituts de sondages ? Alors que le plus souvent les enquêtes sont publiées dans leurs grandes lignes, il n’est pas inintéressant de faire le point à partir d’études rendues publiques et accessibles sur les sites des …
      La modification de la Constitution en cours de délibération conduit à modifier le statut présidentiel. Quelle responsabilité (au sens large) est ainsi envisagée ? Y-a-t-il une profonde modification du statut antérieur ou s'agit-il d'un toilettage prenant acte de l'état du droit et des jurisprudences ?